MISSION

Le Centre communautaire Radisson (CCR) est un organisme communautaire qui travaille avec les adultes ayant une déficience physique. Notre mission est de développer la participation citoyenne des personnes ayant une ou de multiples déficiences physiques dans un contexte de vie communautaire.

Le Centre communautaire Radisson (CCR) est  reconnu comme organisme de charité et œuvre en éducation populaire et en loisir avec les adultes ayant une déficience physique.

ORIGINE

Créé à Montréal en 1995, nous collaborons avec de nombreux partenaires. Que ce soient des groupes communautaires (AlterGo, Association canadienne de la sclérose en plaques, Association de la paralysie cérébrale, Éco-quartier Louis Riel, etc.), des regroupements d’organismes (RICOM, ROPMM, Fédération québécoise des centres communautaires de loisir), des maisons d’enseignement (CEGEPS et universités) ou encore des organisations gouvernementales, nous travaillons conjointement à l’amélioration des conditions de vie des personnes handicapées et en développant une meilleure inclusion sociale.

Le CCR répond aux besoins de ses membres de toute la région métropolitaine de Montréal. Nous privilégions une approche de développement actif basé sur le pouvoir d’agir (EMPOWERMENT) et assurons l’implantation de programmes qui misent sur un apprentissage où tous les sens sont sollicités.

VISION

Nous avons établi une vision à long terme qui traduit notre idéal envisagé pour le CCR.

En 2022, le Centre communautaire Radisson sera un milieu de vie communautaire et d’éducation populaire connu, reconnu et inspirant qui favorisera le bien-être et l’actualisation du potentiel de ses membres et de son personnel.

Nous serons un lieu de recherche et d’activités qui misera sur l’Empowerment, l’andragogie et le tutorat par les pairs pour développer la curiosité, le désir d’apprendre, ainsi qu’une conscience citoyenne et communautaire plus active et plus engagée.

Le Centre communautaire Radisson aura les ressources humaines, matérielles et financières qui lui permettra d’être un tremplin accessible, un lieu de passage vers un avenir qui nous construirons ensemble. Parce qu’ensemble, on va plus loin !

VALEURS

OUVERTURE À LA DIFFÉRENCE

Respect, tolérance et acceptation des différences.

POUVOIR D’AGIR (EMPOWERMENT)

Développement personnel et social, valorisation des personnes et de leurs compétences, connaissance de soi, autonomie, responsabilisation, goût d’apprendre et désir de se dépasser.

ESPRIT COMMUNAUTAIRE

Entraide, altruisme, engagement, accueil et convivialité.

COMMUNICATION

Écoute active, compréhension de l’autre, tact, intégrité et échange.

NOUVELLES POLITIQUES DE GOUVERNANCE DE CCR

Nous sommes tous très heureux de présenter dans ce document le fonctionnement de la gestion au Centre communautaire Radisson, qui est issue du modèle de gestion participative et mise en œuvre dans le respect des valeurs fondamentales qui sont au cœur de la mission du CCR. On y décrit rôles et responsabilités (générales et quotidiennes) de toutes les instances du CCR, chacune ayant son importance particulière, qu’il s’agisse des membres, de la direction, des employées, des membres du conseil d’administration ou des partenaires.

Ce document a été adopté lors de l’AGA du 13 juin dernier.

Politiques_de_gouvernance_CCR_1er_juin_12_version_approuvee_par_le_CA(1)

LE CODE D’ÉTHIQUE

PRINCIPE FONDAMENTAL DU CODE D’ÉTHIQUE

« Toute personne fréquentant le C.C.R. doit être traitée avec considération et respect. En ce sens, les membres sont considérés comme des personnes adultes responsables avec tout ce que cela implique de droits et responsabilités. De même, les membres du C.C.R. doivent témoigner à l’ensemble du personnel la même attention. »

Droits et responsabilités des membres

Droits des membres

• Les membres du C.C.R. ont droit à un enseignement de qualité dans les différents ateliers offerts par le Centre. Cet enseignement doit tenir compte du fait que le membre du C.C.R. est une personne raisonnable.
• Le même principe régit l’application des règles du code de vie ; ainsi, une attitude infantilisante est-elle jugée inappropriée.

Responsabilités des membres

• Il est de la responsabilité des membres de fournir l’effort de concentration et d’attention nécessaire aux apprentissages.
• Il est aussi de la responsabilité des membres de respecter le code de vie en faisant preuve de jugement et de discernement
• Les membres du C.C.R. doivent traiter tous les membres du personnel avec respect et tenir compte des limites de ceux-ci dans leurs demandes de services.

Droits et responsabilité du personnel du C.C.R.

• Les intervenants du C.C.R. doivent avoir des conditions de travail adéquates qui favorisent la qualité des services et des apprentissages offerts aux membres.
• Il est du droit et de la responsabilité des intervenants du C.C.R. d’assurer l’application du code de vie avec discernement et respect.

Code de vie du Centre communautaire Radisson

1. Respect des membres et du personnel.

1.1 Le membre respecte ses limites et celles des autres.
1.2 Le membre utilise un vocabulaire adéquat. Les mots grossiers, jugements négatifs ou moqueries ne sont pas tolérés.
1.3 Le membre est attentif aux autres.

2. Lieux communs et équipements.

2.1 Le membre aide au nettoyage et au rangement de son local d’activité.
2.2 Il est strictement interdit de fumer au centre, c’est-à-dire à l’intérieur de la bâtisse, sauf aux endroits prévus à cet effet. La consommation modérée d’alcool est permise lors des activités spéciales seulement. En d’autre temps, aucune boisson alcoolisée n’est tolérée.
2.3 Aucune consommation de drogue n’est permise sous peine d’expulsion.
2.4 Le centre ne se tient pas responsable du vol ou perte d’objets appartenant aux membres et au personnel.
2.5 L’utilisation du téléphone doit être motivée par le coordonnateur.

3. Les déplacements.

3.1 Le membre évalue l’espace disponible lors de ses déplacements.
3.2 Le membre en fauteuil motorisé doit se déplacer à une vitesse raisonnable et sécuritaire à l’intérieur des locaux du C.C.R.

4. L’implication.

4.1 Le membre s’implique selon sa volonté et ses capacités
4.2 Le membre apporte ses idées et ses opinions.

Profil des membres

La très grande majorité de nos membres est sévèrement handicapée et doit circuler en fauteuil motorisé. Nous comptons 150 membres, âgés entre 26 et 71 ans, qui se répartissent selon différentes déficiences physiques : blessures cérébrales (paralysie cérébrale, traumatisme crânien, AVC), sclérose en plaques, dystrophie musculaire, ataxies, etc.

Depuis janvier 2010, nous avons reçu la responsabilité de desservir la clientèle atteinte de sclérose en plaques d’un Centre de jour du CSSS Jeanne-Mance. Ainsi, nous assurons des services dans un autre site que nous appelons Radisson centre-ville et qui compte 37 membres âgés entre 41 et 85 ans. Radisson centre-ville est ouvert 3 jours par semaine, avec une possibilité de 15 places par jour.

La plupart de nos membres sont seuls vivent sous le seuil de la pauvreté, ayant comme seul revenu la « Solidarité sociale ». Au Québec, le revenu moyen d’une personne handicapée (10,891 $) en 2009 correspond à 59 % du seuil de faible revenu.

Les causes de cette situation sont multiples. Nous pouvons parler de la sous-scolarisation (44 % qui n’ont pas de diplôme d’études secondaires comparativement à 25 %chez les personnes sans incapacité) et  de la très grande difficulté pour plusieurs à occuper un emploi (35 % des personnes handicapées occupent un emploi).

Les effets de la pauvreté se font sentir fortement chez les personnes handicapées. Par exemple, elles  sont presque deux fois plus nombreuses à vivre en situation d’insécurité alimentaire que les personnes sans incapacité. Les femmes avec incapacité sont encore  plus nombreuses à vivre en situation d’insécurité alimentaire que les personnes sans incapacité. Elles sont également plus nombreuses que les hommes avec incapacité à vivre une situation d’incapacité alimentaire (22% versus 19%). Enfin, cette situation d’insécurité alimentaire atteint son apogée  au sein de la population avec incapacité âgée de 15 à 34 ans (26%). Il s’agit d’une proportion presque deux fois plus élevée que celle chez  la population du même âge qui n’a pas d’incapacité.

Quelque 28% des ménages ayant une personne handicapée doivent consacrer 30% ou plus de leur revenu pour leur logement comparativement à 15% des autres ménages. Pour terminer, il y a deux fois plus de personnes qui vivent seules (31% comparés à 15%) à Montréal.

En ce qui concerne nos membres de l’annexe Radisson centre-ville, leur taux de scolarisation est plus élevé et la plupart ont fréquenté le marché du travail pendant plusieurs années. Ils vivent de façon autonome dans leur maison ou appartement. Radisson centre-ville se donne comme mission de développer un milieu de vie à l’aide d’activités socioculturelles et éducatives spécialement adaptées pour les personnes vivant avec la sclérose en plaques. En ce sens, les activités sont choisies pour et par les membres, selon un horaire adapté, alternant périodes d’activité et périodes de repos. Elles permettent aux membres de s’épanouir dans une ambiance de franche camaraderie, de respect des limites et des capacités de chaque personne.